dimanche 5 juillet 2015

L’anarchie florale ou guerrilla gardening à Zurich

J’ai passé quelques jours à Zurich, et j’ai eu le plaisir d’observer des fleurs sauvages qui poussent partout dans la ville, où que l’on trouve un petit coin de terre. 


 Sous les arbres les longs des rues, dans les petits bouts de terrain j’ai pu voir des coquelicots, des bluets, des chardons à fleurs, des tas d’autres fleurs sauvages dont je ne connais pas les noms mais qui fleurissent comme par magie, et même dans les lieux le plus chics et ordonnés!


C’est un homme, Maurice Maggi, qui est l’ange semeur qui, petit à petit, a transformé le paysage urbain de Zurich. Il a commencé a semer des fleurs en 1984. 


Au début, c’était caché, une sorte de protestation politique, subversif. Les plantes ont cette qualité en elle-mêmes de pousser partout sans demander la permission. Ensuite, dit Maurice Maggi dans une interview, c’est devenu  plus poétique et artistique, c’est pourquoi il les appel « flower graffiti » (graffiti floral). Nous pouvons sentir d’un côté la force de la nature, subversive, et de l’autre la délicatesse des fleurs qui adoucissent la ville par leur présence. Force et douceur ensemble.






Avec le temps, c’est aussi devenu une vraie contribution publique, connue de tous, qui fait évoluer les consciences à propos de la place de la nature dans la ville. A travers les années, les choses ont changé, la commune de Zurich a finalement accepté ce comportement « illégale », par souci écologique ils n’utilisent plus de pesticides, ils ne coupent plus l’herbe, ni les fleurs, et ils ont décidé de promouvoir aussi la chose en mettant à disposition  du public des mélanges de semences pour les planter dans la ville.

Dans la ville de Zurich, ce lieu ordonné et contrôlé, surgit quelque chose d’inattendu, et nous nous demandons que se passe-t-il là ?
Voir toutes ces fleurs pousser dans les coins les plus surprenants est merveilleux, cela m’a ému et m’a remplie d’espoir. La vision sur la ville est complètement transformée, la nature explose et  se rappelle à nous. Cette beauté nous appelle à nous ouvrir et à transformer nous aussi.
©Irina Speranza

Le site internet de Maurice Maggi : http://www.maurice-maggi.ch
Une video sur lui, en 2 parties : sous-titres en anglais

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire